Passer au contenu

TARO FRAIS 500 G

3,85€

Le taro est un tubercule, autrement dit un légume-racine, de la famille des aracées. Il porte plusieurs noms : songe, madère, chou de chine, dachine ou encore colocase, du latin Colocasia esculenta. Le taro peut atteindre jusqu’à 30 centimètres. Il a une peau rugueuse et épaisse, brune et sur laquelle de minces cercles font penser à des écailles.

 le taro a un vrai intérêt nutritionnel. Il est peu calorique et très pauvre en matières grasses. Sa teneur en sucres lents et sa richesse en amidon font de lui un bon fournisseur d’énergie. Il est par ailleurs riche en fibres, en vitamines C, B1 et B2, ainsi qu’en phosphore, calcium et fer. Le taro présente aussi une bonne quantité de protéines. Toutes ces caractéristiques font du taro un aliment anti-anémique, anti-faim, et anti-oxydant.

La cuisson du taro est absolument nécessaire avant sa consommation, et mieux vaut jeter la première eau de cuisson. Première étape, épluchez le taro. Et petit conseil : ayez un bon couteau et portez des gants pour vous protéger car la peau du taro est dure et irritante. Vous pouvez ensuite rincer votre taro ce qui permettra l’éliminer le liquide un peu visqueux qu’il contient, puis le couper en tronçons que vous ferez cuir dans de l’eau salée pendant 20 bonnes minutes. Lorsque le taro est cuit, vous pouvez piquer une fourchette dans sa chair, comme avec la pomme de terre. N’ayez pas peur si pendant la cuisson le taro change de couleur. C’est une réaction normale qui n’affecte en rien la qualité du produit.

Comment cuisiner le taro ?

Une fois cuit, le taro se prépare comme la pomme de terre ou la patate douce. Il faut savoir en revanche qu’en refroidissant après la cuisson, le taro a tendance à durcir et devient moins agréable en bouche. Il peut rentrer dans la confection de purées, de soupes, de cakes ou de gratins. Associé à du lait de coco, sa saveur sucrée est mise en valeur. Vous pouvez également en faire des frites ou des chips, et il se révèle délicieux en beignets. Il est aussi possible de réduire le taro en farine. Pour la réalisation de crêpes au lait de coco surprenantes et délicieuses ! Quant aux jeunes pousses, une fois blanchies, elles sont exquises et rappellent les jeunes pousses d’épinard.